De: jacques halbronn [halbronn@yahoo.fr]
Envoyé: mardi 18 décembre 2012 11:09
À: dan
Cc: csafranc@yahoo.fr
Objet: astrologie nouveau texte
 
Astrologie : cherchez l’homme ou la femme.
Par  Jacques  Halbronn
 
On connait le cliché des diseuses de bonne aventure où il est question d’un homme ou d’une femme qui entre dans notre vie. Or, il nous apparait qu’une telle représentation des choses  offre une certaine pertinence au regard de l’astrologie. La question du sexe des protagonistes n’est nullement indifférente et étrangère à la démarche astrologique. C’est même probablement un facteur clé sur le plan prévisionnel.

Dans notre système cyclique, nous avons défini des phases plutôt « masculines » et d’autres « féminines », quand nous avons indiqué que la « conjonction » était le rejet du féminin (et plus largement de la dualité, de l’apport extérieur) alors que la « disjonction » (le semi-carré (45°) Saturne-étoile fixe royale) était  le besoin du féminin du fait du déclin de l’énergie masculine et de ses performances. La disjonction permet aux femmes de prendre de l’ascendant sur les hommes du fait d’une certaine incurie.

Le passage d’une phase à l’autre  correspond à un temps intermédiaire  durant lequel les hommes cherchent à s’associer, à s’entendre entre eux, ce qui ne donne pas de résultats très concluants. C’est le temps du « faux » couple. Peu à peu, la notion de « vrai » couple s’imposera à mesure que Saturne s’éloignera de la conjonction.(par sextile (60°), soit aux  deux tiers du cycle de 7 ans,  pour donner une idée)

Dans la période actuelle, « sextilienne », soit l’entrée de Saturne en scorpion (à 60° du début de la Vierge (Régulus), il est recommandé aux hommes de faire appel à des femmes. En ce sens, on peut regretter le départ d’Hilary Clinton en tant que secrétaire d’Etat américaine et son remplacement par John Kerry. Cela ne devrait pas donner d’excellents résultats du moins au cours des deux prochaines années. On  peut aussi penser que François Hollande aurait eu intérêt  à prendre une femme pour Premier Ministre.  Quant à l’UMP, on voit que cette rivalité Coppé-Fillon n’est pas  vraiment heureuse par les temps qui courent. On peut s’attendre à l’émergence de femmes à l’UMP, avec une Nathalie Kosiusko Morizet (NKM) ou d’une MAM (Michèle Alliot Marie, qui avait été pressentie fin 2010 comme possible Premier  Ministre) qui ont leur chance. Les femmes ont beau jeu d’ironiser sur un monde masculin assez décevant.  La disjonction entraine à terme une déconsidération des hommes qui ne reprendront le dessus que lors de la conjonction suivante. Les femmes ont l’opportunité d’empiéter sur le territoire masculin en apportant leur soutien, selon un processus symbiotique.

On peut donc annoncer, pour reprendre notre image, que des femmes « providentielles » vont faire leur apparition dans le paysage, à toutes sortes de niveaux, dans une logique de complémentarité, les hommes, en phase disjonctionnelle, ne pouvant plus assurer à eux seuls la bonne gestion du monde. Inversement, à l’approche d’une nouvelle phase conjonctionnelle, c’est l’émergence d’un « homme providentiel » qui est à attendre alors même que le pouvoir se sera féminisé lors de la phase précédente.

Angela Merkel  personnifie  à l’évidence, en ce moment, cette « femme providentielle », face à une classe politique européenne fort peu féminine. Notre conseil, actuellement, est donc de « chercher » la femme qui pourra sauver la mise du fait de la baisse de régime masculin dont l’astrologie est le baromètre. Les causes et les effets d’une telle  évolution seraient à étudier au niveau des neurosciences. On pourrait dire que le cerveau masculin est mal irrigué en période de disjonction, qu’il ne peut plus trop compter sur son énergie « interne » et doit être relayé par une approche plus pragmatique, plus « réaliste », c'est-à-dire plus visible. On reproche en effet à certaines actions actuelles un certain manque de lisibilité.

 
 
JHB
18. 12.12